La sensibilité à la perte

Cet article entre dans le cadre du MOOC Réussir son démarrage d’entreprise – L’approche SynOpp et s’intéresse à la sensibilité à la perte.

Risque

Depuis quelques années, l’entrepreneuriat est associé au risque. Or, il n’en est rien, mais cela ternit l’image de l’entrepreneuriat.

Le mot risque est un terme d’assurance. Dans le cadre d’une démarche entrepreneuriale, l’entrepreneur fait preuve d’une sensibilité à la perte.

Si un projet était à risque, il y aurait une unité de mesure qui permettrait de mesurer le risque de ce projet. Un projet à 0% de risque serait sûr de réussir et tout le monde se lancerait dedans. Un projet à 100% de risque cependant n’a aucune chance de réussir et personne n’irait. Or, les entrepreneurs vivent en permanence des situation où leurs proches, leurs amis, leur entourage tentent de les décourager avec des arguments comme quoi le projet est voué à l’échec. Et pourtant, les entrepreneurs, face à ces découragements, finissent par réussir.

Sensibilité à la perte

Un projet en soir, n’est pas plus ou moins risqué, mais c’est comment l’entrepreneur percevra subjectivement la possibilité de réussir.

L’entrepreneur est en général un peu moins sensible que d’autres personnes. Cela va lui donner l’avantage de faire plus souvent les choses, de façon potentiellement plus provocante, avec plus d’intensité qu’une personne beaucoup plus sensible ne ferait pas.

La sensibilité à la perte est une notion subjective entre ce que l’on peut perdre par rapport à ce que l’on peut gagner. Il est possible de perdre 6 types de choses :

  • Perte financière
  • Perte de temps
  • Perte de santé
  • Perte de relation familiale
  • Perte de réputation
  • L’estime de soi

Perte financière

Ce que l’on peut perdre monétairement : un manque à gagner, l’investissement mis, le salaire lorsque l’on quitte un emploi, …

Perte de temps

Dans un projet entrepreneurial, quel est le temps que l’on est prêt à perdre : 1 an, deux ans pour réussir, …

Perte de santé

Est-ce qu’en démarrant le projet, je suis prêt à perdre en santé : santé physique, stress, psychologie, burn-out, …

Perte de relation familiale

Jusqu’où suis-je prêt à aller dans le temps que je ne pourrai pas passer avec ma famille : déplacements le weekend, longues heures, …

Attention, en entrepreneuriat, il n’existe pas d’équilibre entre travail et famille. A un moment, il faudra choisir entre la famille et le business. Il y a un choix à faire qui aura des incidences sur le développement de l’entreprise.

Perte de réputation

Il s’agit du regard des autres sur un éventuel échec. Cet aspect peut limiter l’entrepreneuriat pour jouer plus sécuritaire.

L’estime de soi

Le matin lorsque l’on se regarde dans le miroir, comment est-ce que l’on va s’en sortir.

Ces 6 éléments s’additionnent et doivent être mûrement réfléchis avant le lancement car ils vont influencer sa façon de démarrer. Avec le temps, ces degrés de sensibilité vont évoluer.

L’entrepreneur idéal serait de partir sans rien avoir à perdre et se lancer dans un projet pour tout oser.

Si l’on dépasse notre degré de sensibilité, on risque de se retrouver à avoir peur de se relancer dans l’entrepreneuriat. Il est cependant intéressant d’aller un tout petit peu au dessus de sa sensibilité. En effet, on a souvent tendance à anticiper l’échec de façon trop importante et la vérité est beaucoup moins importante. En cas d’échec, l’entrepreneur saura ce que c’est de perdre et pourra repartir plus facilement. D’ailleurs, les études montrent qu’une personne qui a échoué dans les limites de sa sensibilité, aura tendance à se relancer beaucoup plus vite.

Cette notion de sensibilité est à la base de comment et à quelle vitesse le projet va démarrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.